SŒUR THOMAS-MARIE
(Marthe Gilbert)
1923 -

Enfance et formation religieuse

Marthe Gilbert est née à Chicoutimi au début des années 1920. Elle fait ses études chez les Sœurs du Bon-Pasteur où elle reçoit son diplôme. En 1945, elle fait sa demande d’admission au noviciat de la communauté des Augustines de la Miséricorde de Jésus de Chicoutimi. Soeur Sainte-Marguerite-Marie[1], supérieure, et soeur Marie-de-l’Eucharistie[2], maîtresse des novices, l’accueillent. Elle sera formée au charisme des Augustines par ces femmes provenant des premières heures de la fondation. À sa profession, elle reçoit le nom de sœur Thomas-Marie.

Origine

Chicoutimi
Années de service


1946 à 1953  -  1957 à 1964  -  
1972 à 1975
Spécialités


Service social médical - 
Pastorale familiale - Supérieure

Formation et expérience professionnelle

Peu après sa profession, elle est affectée sur différents départements et, en 1951, elle travaille au bureau d’admission de l’hôpital. De 1954 à 1957, prévoyant la création du Service social médical, la communauté l’envoie préparer un baccalauréat et une maîtrise en Service social médical à l’Université Laval. À son retour, on lui confie l’organisation du Service social médical de l’hôpital. Elle est élue, en 1964, supérieure de la communauté des Augustines; elle devient aussi présidente du conseil d’administration de l’Hôtel-Dieu Saint-Vallier. De 1972 à 1975, elle retourne au service qu’elle a fondé tout en complétant une maîtrise en pastorale familiale.

Supérieure de 1964 à 1969 et de 1975 à 1982  

Son premier supériorat commence plus d’un an après le feu de mai 1963 qui a détruit une grande partie de l’hôpital. Elle doit gérer la reconstruction du monastère et une décroissance du milieu hospitalier. En cette fin de décennie, après la croissance du début des années 1960, l’hôpital connaît peu de développement. C’est pendant ce mandat que le processus de vente de l’hôpital s’amorce, à l’automne de 1967. Avec son conseil, elle prend la décision de vendre l’Hôtel-Dieu Saint-Vallier au Gouvernement du Québec. L’acte de vente est signé le 11 avril 1970.

Afin de répondre à de nouveaux engagements, à l’automne 1968, le centre d’accueil du monastère est mis sur pied dans le but d’accommoder les parents qui accompagnent des malades à l’hôpital. En 1968, toujours sous son mandat, elle accepte avec son conseil de nommer des religieuses à la direction de l’Oasis de Mistassini et, en 1969, au Foyer des Années d’or de Kénogami. Elle est réélue supérieure de la communauté en 1975. Le centre catholique de la diffusion de la Parole de Dieu voit le jour pendant cette même période. Au début des années 1980, elle accepte une nouvelle œuvre pastorale nommée COuple – FAmille – VIE (centre COFAVIE). Pendant son second mandat, elle accepte que les Augustines  s’occupent d’un centre d’animation pastorale. En janvier 1982, les Augustines ouvre la Maison de l’hospitalité qui constitue une autre intervention des religieuses dans la société.

Conclusion

Les supériorats de sœur Marthe Gilbert en sont deux très différents. Elle doit faire face à la reconstruction du monastère et à des choix difficiles pour l’Hôtel-Dieu Saint-Vallier. Pendant son second mandat, elle doit revoir l’engagement des Augustines face aux conditions nouvelles de la société et de la communauté. Grâce à ses formations religieuse et académique, elle a su faire face aux bouleversements de la société saguenéenne et québécoise tout en maintenant le charisme des Augustines d’une façon actuelle. Pour ses initiatives, elle mérite sa place comme Membre émérite du Centre de santé et de services sociaux de Chicoutimi.
 
[1] Marie-Azilda Gauthier, 1880-1958
[2] Yvonne Deslauriers, 1889-1983

 
 
   Politique de confidentialité |  Réalisation
(c) Gouvernement du Québec, 2008