SŒUR MARIE-DU-CHRIST-ROI
(Simone Tremblay)
1914 -

Enfance et formation religieuse

Simone Tremblay est née à Rivière-du-Moulin[1], en 1914. Elle poursuit ses études chez les Sœurs du Bon-Conseil suivies d’un cours commercial bilingue. Elle entre au noviciat de la communauté en 1934. Sœur Sainte-Marguerite-Marie[2], supérieure, et sœur Marie-Réparatrice[3], maîtresse des novices, l’accueillent. Elle fait profession en 1936 et reçoit le nom de sœur Marie-du-Christ-Roi.

Origine

Rivière-du-Moulin
Années de service

1936 à 1942  -  1946 à 1964
Spécialité

Pharmacie

Formation et expérience professionnelle

Après sa profession, elle travaille sur un département et au bureau d’admission de l’hôpital. En 1938, elle commence ses études d’infirmières à l’École des infirmières de l’Hôtel-Dieu Saint-Vallier qui vient d’ouvrir ses portes. En 1941, elle reçoit son diplôme et se classe  première lors des examens de l’école à l’Université Laval. Tout en exerçant sa profession à l’hôpital, elle poursuit des études pour préparer les examens d’équivalence au baccalauréat. En 1942, les autorités de la communauté lui demande de poursuivre d’autres études. Après quatre années à l’Université de Montréal, elle obtient, en 1946, son baccalauréat en Pharmacie et se classe première de sa promotion. 

Elle est honorée de la médaille du Lieutenant-Gouverneur de même qu’elle reçoit la Médaille d’Or du Collège des Pharmaciens dès la réception de sa licence en pharmacie. Cette distinction de la première religieuse, voire de la première femme pharmacienne diplômée de la région, rejaillit sur la communauté, l’hôpital et tout le Saguenay–Lac-Saint-Jean.

De 1947 à 1963, la direction de l’hôpital lui confie la responsabilité de pharmacienne en chef. Tout en exerçant cette fonction, elle organise le service de pharmacie sur un plan scientifique et moderne. Elle met sur pied le Comité de thérapeutique et publie un formulaire de pharmacie apprécié des médecins et du personnel paramédical. On lui demande conférences et participation aux semaines de pharmacie hospitalière organisées par l’Association des hôpitaux catholiques. Elle guide plusieurs jeunes pharmaciens en stage de formation. De 1947 à 1961, elle dispense son savoir aux étudiantes de l’École des infirmières. La faculté de l’Université Laval la réclame aussi comme professeur en pharmacie d’hôpital. Tout en travaillant, elle prépare trois ouvrages en pharmacologie et thérapeutique pour usage à l’hôpital.


En 1963, lors de l’incendie qui ravage une partie de l’hôpital, elle voit à établir et à maintenir des pharmacies satellites en six endroits de la ville où sont répartis les malades. En 1963, les autorités recourent à son sens de l’administration et lui confie la direction-adjointe de l’Hôtel-Dieu Saint-Vallier ainsi que l’économat. En 1967, elle travaille au Cégep de Chicoutimi pour aider au transfert des élèves en techniques infirmières et en technologie médicale. Après quelques années, elle retourne au monastère afin de répondre aux besoins de la communauté. 

Conclusion

Pendant toute sa carrière professionnelle, sœur Simone Tremblay a poursuivi l’œuvre de Mère Marie-des-Anges, l’une des fondatrices, qui a été la pharmacienne de l’Hôtel-Dieu Saint-Vallier. Comme héritière de cette tradition, elle mérite sa place comme Membre émérite du Centre de santé et de services sociaux de Chicoutimi.

[1] Rivière-du-Moulin annexé à Chicoutimi.
[2] Azilda Gauthier, 1880-1958.
[3] Imelda Lavoie, 1887-1968.

 
 
   Politique de confidentialité |  Réalisation
(c) Gouvernement du Québec, 2008