MONSEIGNEUR DOMINIQUE RACINE
1828-1888

Enfance – Études – Formation

Dominique Racine est né en 1828, près de Québec. Après ses études primaires, il entre au Séminaire de Québec et fait ses études classiques de 1840 à 1849. En septembre de cette même année, il entre au Grand Séminaire de Québec. En 1853, il est ordonné prêtre. De 1853 à 1858, il est vicaire à la Basilique de Québec; de 1858 à 1862, il est successivement nommé curé de la paroisse Saint-Basile dans le comté de Portneuf et de la paroisse Saint-Patrice de Rivière-du-Loup.


Origine

Saint-Ambroise-de-la-Jeune-Lorette (Québec)
Années de service

1884-1888
Particularité


Initiateur de la création d'un réseau hospitalier dans la région
 
 
  
L’abbé Dominique Racine et Chicoutimi

En 1862, il devient curé de la paroisse Saint-François-Xavier de Chicoutimi. Lors de sa nomination, la région du Saguenay souffre de l’isolement et exige de l’Autorité une attention particulière. La paroisse de Chicoutimi comprend environ 3000 fidèles. En 1864, le curé Racine fonde le Couvent de Chicoutimi pour l’instruction des filles. Il le confie aux Sœurs du Bon-Pasteur de Québec[1]. En 1873, pour l’éducation des jeunes garçons, il fonde le Séminaire de Chicoutimi.  

Monseigneur Dominique Racine, évêque du diocèse de Chicoutimi

Le 28 mai 1878, le pape Léon XIII[2] le choisit pour être le premier évêque du diocèse de Chicoutimi. Ce diocèse comprend les comtés de Chicoutimi, de Charlevoix et une partie de celui de Saguenay. Dans ce grand diocèse, il faut tout organiser, et ce, sans grande ressource financière: érection de paroisses et missions, fondation de communautés de charité et d’enseignement, appel aux gouvernements d’Ottawa et de Québec et rencontre des colons. C’est en 1882 que les Ursulines de Québec répondent à Monseigneur Racine et s’installent à Roberval pour éduquer les jeunes filles de la région.

Monseigneur Dominique Racine et l’hospitalisation

Après s’être occupé de l’éducation, «l’Évêque nourrit d’autres desseins et prépare de nouveaux bienfaits. Cette fois les bénéficiaires de son zèle seront […] les malades, les infirmes, […] les pauvres […et] les matelots[3]» qui débarquent au port de Chicoutimi et sont soignés dans les familles. En janvier 1882, Monseigneur Racine apprend l’autorisation du gouvernement fédéral de construire un Hôpital de Marine à Chicoutimi.  

Après des discussions entre ce gouvernement, Monseigneur Elzéar-Alexandre Taschereau[4] et les Augustines de la Miséricorde de Jésus de l’Hôpital-Général de Québec, il accueille, le 24 mai 1884, cinq religieuses[5] de cette communauté qui prennent possession de l’Hôpital de Marine qui deviendra l’Hôtel-Dieu Saint-Vallier. Dès ce moment, et jusqu’à sa mort, Mgr Racine est un conseiller, un guide temporel et spirituel et un protecteur auprès de cette jeune communauté.  Il les conseille sur les différents travaux d’agrandissement, sur leur vie religieuse, il participe à  l’élaboration de la chapelle dédiée à la Sainte-Face et à la création de l’Archiconfrérie de la Sainte-Face. Le 10 novembre 1887, il est hospitalisé à l’Hôtel-Dieu Saint-Vallier qu’il a fondé. Il y décède le 28 janvier 1888.


Conclusion

C’est grâce à ses contacts que le réseau hospitalier s’est développé avec les Augustines de la Miséricorde de Jésus. Avec elles, il est l’initiateur de la création du réseau hospitalier de la région. À ce titre, il mérite sa place comme Membre émérite du Centre de santé et de services sociaux de Chicoutimi.

[1] L’abbé Racine a connu les Sœurs du Bon-Pasteur à Rivière-du-Loup.
[2] Léon XIII – Vincenzo Gioacchino Pecci (1810-1903), Pape de 1878 à 1903.
[3] Soeur Sainte-Luce (Georgianna-Henriette Frenette). Histoire de l’Hôtel-Dieu Saint-Vallier de Chicoutimi, 1884-1934, Chicoutimi, Imprimerie du Progrès du Saguenay, 1934, p.20.
[4] Mgr Elzéar-Alexandre Taschereau (1820-1898), sacré Archevêque de Québec en 1871 et Cardinal en 1886.
[5] Voir les biographies des fondatrices.

 
 
   Politique de confidentialité |  Réalisation
(c) Gouvernement du Québec, 2008