Les soins



Cacher description
Déplacement des usagers devant recevoir à la demande de leur médecin et de façon élective, des soins et des services non disponibles au Saguenay - Lac-St-Jean mais disponibles à une distance de supérieure à 200 km
Description :

1. USAGER VISÉ ET ADMISSIBILITÉ

  • Usager « résident du Québec » qui doit se déplacer à plus de 200 km pour recevoir les services requis en fonction de son état de santé dans la mesure où ceux-ci ne sont pas disponibles et accessibles dans la région. Ces services doivent être couverts par la RAMQ et prescrits par un médecin inscrit au plan régional d’effectifs médicaux du Saguenay – Lac-St-Jean. Le médecin qui les offre doit être comptabilisé au plan régional d’effectifs médicaux de la région où il est installé.
  • Usager admis dans une maison d’hébergement reconnue par le MSSS et dédiée aux personnes en attente d’une transplantation ou nouvellement greffée.
     
  • Usager « résident du Québec » inscrit au programme ministériel de transferts des patients en radio-oncologie (nonobstant la règle du 200 km). Celui-ci devra répondre aux critères ministériels établis, notamment être d’accord, être âgé de 21 ans et plus, ne pas nécessiter de traitement multidisciplinaire spécialisé tel que chimiothérapie concomitante, chirurgie ou implant radioactif, avoir la capacité physique de voyager et de demeurer hors de l’hôpital sans aide extérieure, et ce, pour toute la durée des traitements; ne pas nécessiter de tube de trachéostomie/gastrostomie/jé­junostomie/néphrostomie, ni d’oxygène, et ce, pour toute la durée des traitements.

 

 2. CRITÈRES D’EXCLUSION À L’ADMISSIBILITÉ

  • Usager recevant des services hors Québec (ex. : un usager qui doit se faire opérer à Toronto ou en Californie ne pourra pas se prévaloir de la procédure de déplacement des usagers).
  • Usager qui a accès à des services disponibles et accessibles à une distance inférieure à 200 km de l’hôpital du Territoire où il réside mais qui décide de les obtenir ailleurs.
  • Un service est disponible lorsque :
  1. le service est offert à moins de 200 km du lieu d’origine de l’usager;
     
  2. l’établissement où est admis ou inscrit un usager est en mesure de lui fournir les soins ou services requis par son état de santé;
     
  3. l’établissement où est admis ou inscrit l’usager n’a pas complété la prestation des soins et services requis par l’état de santé de l’usager eu égard à sa mission et à sa vocation (services spécialisés, ultraspécialisés et suprarégionaux);
     
  4. le service peut être offert à l’intérieur d’un délai qui ne compromet pas la santé de l’usager. Pour délai raisonnable, l’on entend un délai au-delà duquel l’état de santé de l’usager pourrait être sérieusement compromis. Il appartient au médecin prescripteur de déterminer la non-disponibilité d’un service sur cette base.
  • Usager admissible en vertu d’autres programmes gouvernementaux (ex. : CSST), exception faite des usagers prestataires de la sécurité du revenu.
     
  • Clientèle autochtone domiciliée ou qui réside en permanence sur une réserve autre que le « territoire prévu à la Convention de la Baie-James et du Nord québécois et de la Convention du Nord-Est québécois (voir chapitre visant le déplacement des usagers autochtones inscrits au registre du Ministère des affaire indiennes du Nord du Canada).

 

 3. RESPONSABILITÉS DE PAIEMENT INCLUANT CONSIDÉRATIONS RELIÉES

  • C’est l’établissement du territoire où réside l’usager qui assure le paiement des allocations de déplacement aux usagers admissibles.
     
  • L’usager doit s’assurer, avant d’effectuer son déplacement, de son admissibilité à ce programme et de celui de son accompagnateur en s’adressant à l’établissement du territoire où il réside.
     
  • Lors de son retour, il doit également fournir à l’intérieur d’un délai de 90 jours :
  1. une attestation de visite dûment signée par le médecin ou le représentant de l’établissement lui ayant dispensé ce service;
     
  2. un reçu d’autobus (et celui de son accompagnateur si admissible) s’il a voyagé par autobus.

*** AVIS IMPORTANT ***

Une preuve d'hébergement (s'il y a lieu) devra maintenant être fournie. Par conséquent, l'une des pièces justificatives suivantes devra être jointe au formulaire :

- Facture d'hôtel ou autres hébergements
ou
En cas d'hébergement chez la famille ou un ami, l'une des preuves suivantes sur laquelle il y aura la date qui précède ou qui suit celle de votre rendez-vous médical :
- Facture d'essence
- Facture de restaurant
- Reçu de stationnement

 

  • Par ailleurs, les usagers recevant de l’aide « privée » (ex. : Fondation Rêves d’en­fants) ne verront pas leur aide financière rajustée pour en tenir compte.
     
  • Accompagnateur d’un usager :
  1. L’accompagnateur d’un usager mineur (moins de 18 ans) a droit à une allocation.
     
  2. L’établissement peut également autoriser l’accompagnement d’un usager en perte sévère d’autonomie, très confus et ayant de lourds handicaps physiques.
     
  3. Un médecin peut également prescrire l’accompagnement à un usager. Le cas échéant, il appartient à l’usager de fournir sur demande à l’établissement l’attestation de celle-ci.
  • Aide financière à l’usager admis dans une maison d’hébergement reconnue par le MSSS et dédiée aux personnes en attente d’une transplantation ou nouvellement greffée dont la résidence se situe à moins de 200 km de l’établissement offrant les services surspécialisés de greffe :
  1. Dans la mesure où l’hébergement de l’usager est exigé par le médecin qui en a la charge (prescription médicale requise compte tenu de son état de santé), cet usager a droit à l’allocation d’hébergement / repas, telle que prévue pour les usagers cas en électif résidant dans une maison dédiée.
     
  2. Toutefois, il n’a pas droit à une allocation de transport.

Cliquez ici pour le formulaire:

Coordonnées :

CSSS de Chicoutimi
Direction des programmes-clientèles
305 rue St-Vallier
Chicoutimi (Qc)
G7H 5H6

Aile F, 5e étage
Téléphone :   418 541-1065
Télécopieur : 418 541-1163



Cacher description
Continuum de Services
Description :

Le Continuum de Services en Traumatologie Québécois
 

Le continuum de services en traumatologie (CST) est le modèle d’organisation des services de traumatologie québécois. Il est constitué de 14 maillons qui couvrent tous les types de prévention, soit la prévention primaire, la prévention secondaire et la prévention tertiaire. Le CST est un système intersectoriel auquel collaborent des organismes gouvernementaux, paragouvernementaux, universitaires et communautaires.

Le CST s’articule selon un modèle basé sur la matrice de Haddon, qui comprend les trois types de prévention. La prévention primaire, qui consiste à prévenir les accidents, ainsi que la prévention secondaire, qui vise à prévenir les blessures, constituent respectivement le premier et le deuxième maillon du continuum de services. La prévention tertiaire, qui vise la réduction de la mortalité et de la morbidité liées aux séquelles des traumatismes, a également pris une place importante dans les préoccupations des partenaires du continuum.

Le CST fait de la prévention selon les types de prévention de la matrice de Haddon :

  • PRIMAIRE, en PRÉIMPACT, par la prévention des accidents;
  • SECONDAIRE, au moment de l’IMPACT, par la prévention des blessures;
  • TERTIAIRE, en POSTIMPACT, par la réduction de la mortalité et de la morbidité liées aux séquelles des traumatismes.

 

Les types de services
 

Le CST, dans sa phase POSTIMPACT, couvre trois types de services :

Les services PRÉHOSPITALIERS incluent l’ensemble des intervenants du système à partir de l’appel logé au 911 pour signaler l’événement :

  • Les répartiteurs du 911 et des centres de communication-santé;
  • Les policiers et les premiers répondants : par une intervention précoce et standardisée, ils stabilisent l’état des blessés et sécurisent l’environnement jusqu’à l’arrivée des services ambulanciers;
  • Les ambulanciers : ils dirigent les blessés vers les établissements désignés pour offrir des soins aux traumatisés.
  • Les services HOSPITALIERS de santé physique sont offerts par des organismes de santé désignés, qui assurent une prestation de services en fonction des ressources disponibles. Les centres de traumatologie sont classés dans les niveaux suivants :
  • Services de stabilisation, s’ils sont situés en région éloignée et isolée et s’ils assurent des soins de stabilisation essentiellement respiratoire. Le traumatisé doit y séjourner un maximum de 10 minutes pour cette stabilisation.
  • Centres primaires, s’ils sont situés à plus de 30 minutes d’un centre de traumatologie secondaire ou tertiaire et s’ils offrent des services de chirurgie générale et d’anesthésie;
  • Centres secondaires, s’ils offrent des services de chirurgie générale, des services d’orthopédie, des soins intensifs polyvalents et des services de réadaptation précoce;
  • Centres secondaires régionaux, s’ils offrent des services supplémentaires d’orthopédie et de soins intensifs. Certains centres secondaires régionaux, par leur implication dans un consortium d’établissements, sont responsables des services surspécialisés en neurotraumatologie pour la région qu’ils desservent comme c'est le cas du CSSS de Chicoutimi;
  • Centres tertiaires, s’ils offrent des soins spécialisés et ultraspécialisés en traumatologie, de neurochirurgie, des soins intensifs spécialisés et des services de réadaptation précoce interdisciplinaires. Certains centres tertiaires, de par leur implication dans un consortium d’établissements, sont responsables des services surspécialisés en neurotraumatologie pour les régions qu’ils desservent. Certains centres tertiaires font partie d’un centre d’expertise de services aux victimes de blessures médullaires et de brûlures graves.

Les services POSTHOSPITALIERS sont dispensés aux personnes traumatisées qui voient leurs habitudes de vie menacées de façon permanente par une ou plusieurs séquelles d’un traumatisme. Les services de réadaptation spécialisée sont offerts à l’interne ou à l’externe selon les besoins de la clientèle. Des services de maintien dans le milieu de vie sont également offerts aux personnes traumatisées qui présentent des incapacités permanentes afin de leur permettre, à eux et à leurs proches, de retrouver une qualité de vie et une participation sociale optimale.

Un consortium d’établissements est l’élément fondamental du continuum de services pour les personnes ayant subi un traumatisme craniocérébral (TCC) modéré ou grave. Ces consortiums assurent la coordination entre les établissements et les organisations qui interviennent au sein des grands ensembles de services que sont la santé physique comme par exemple CSSS de Chicoutimi et la réadaptation et le soutien à l’intégration comme par exemple au CRDP Le Parcours du CSSS de Jonquière. L’ensemble des acteurs d’un consortium sont responsables, solidairement et conjointement, de l’offre de service à cette clientèle, de la mise en place du continuum et de la coordination des services.

Des études québécoises ont démontré que la prévention primaire et la prévention secondaire, qui constituent les premiers maillons du CST, ont contribué à une baisse significative du nombre de décès sur les routes. De plus, dans le cas des victimes de traumatismes graves qui ont bénéficié du CST, le taux de mortalité est passé de 51,8 % en 1992 à 8,6 % en 2002.


 

Le Comité Local de Traumatologie du CSSS de Chicoutimi


Au sein du Programme de Traumatologie du CSSS de Chicoutimi, le Comité Local de Traumatologie est un comité multidisciplinaire qui est responsable de l’élaboration, de l’application, de la promotion et du suivi du programme de traumatologie. Il assure également des services de qualité correspondant aux normes et standards pour les victimes de traumatismes.

Il est sous la gouverne de la coordonnatrice du programme de chirurgie et de traumatologie. Elle assure le lien avec le directeur des programmes-clientèles ainsi qu’avec le directeur adjoint des services professionnels. Ce dernier s’assure de la dispensation des soins médicaux spécialisés et ultraspécialisés aux traumatisés et d’une gestion cohérente entre les différents services médicaux et hospitaliers.

Son mandat, défini par le Groupe-Conseil en Traumatologie de l'INESSS consiste à :

  • Assurer la promotion de la formation en traumatologie dans l'établissement.
  • Identifier et adresser aux responsables des directions et services concernés des recommandations susceptibles d'améliorer les services offerts aux victimes de traumatismes.
  • Assurer l'implantation et le fonctionnement optimal d'un registre des traumatismes.
  • Contribuer à établir des normes de qualité pour les services offerts aux traumatisés.
  • Assurer un suivi régulier des services offerts aux personnes traumatisées en fonction des normes établies. Procéder à l'étude des dossiers en fonction de critères objectifs à déterminer, y compris les cas de mortalité et de morbidité.
  • Assurer les arrimages nécessaires avec le comité régional de traumatologie.
  • Assurer le suivi des recommandations déposées par le Groupe-conseil en traumatologie à la suite des visites d'évaluation de la performance de l'établissement.
  • Assurer les liens avec le secteur préhospitalier pour la prise en charge des victimes de traumatisme.
  • Assurer le suivi des ententes pour les corridors de services (en aval et en amont).
  • Permettre à l’équipe d’intervenants en traumatologie de procéder aux ajustements nécessaires à la réussite du programme de traumatologie.
  • Informer tous les membres au sujet des correspondances destinées à la traumatologie.

De plus, ce comité vise à :

  • Adopter les orientations du programme (projet clinique) et les harmoniser avec les orientations régionales dans un souci de continuité de service régional et suprarégional.
  • Déterminer le plan d’action et s’assurer du suivi de ce dernier.
  • Assurer le bon fonctionnement du programme.
  • Développer un programme de formation continue en traumatologie.
  • Assurer la contribution du programme à des activités de promotion-prévention des traumatismes.
  • Assurer un leadership régional en traumatologie.
  • Compléter les demandes d’informations diverses en provenance d’audits externes.
  • Adresser aux partenaires concernés des recommandations au regard de l’amélioration des soins et services en traumatologie.
  • Assurer le maintien d’un lien de communication fonctionnel et efficient avec les partenaires tant en amont (ex. : services préhospitaliers d’urgence) qu’en aval (ex. : CRDP, Mission CLSC).
  • Valider et collaborer à la production d’un rapport annuel des activités du programme de traumatologie.

 

Aussi, l’organisation d’un débriefing est initiée par la coordonnatrice du programme de traumatologie en lien avec toutes situations particulières. Elle s’assure que tous les acteurs concernés ainsi que tous les collaborateurs du programme de traumatologie soient interpellés et impliqués dans la mise en place des mesures correctrices, et ce, dans une approche interdisciplinaire. Lorsque la situation touche particulièrement l’acte médical, le directeur des services professionnels est interpellé ainsi que le comité local de traumatologie. S’il y a lieu, des rencontres sont effectuées. Un compte rendu et un plan d’action sont rédigés afin d’assurer le suivi des recommandations émises.

Étant axé sur l’amélioration continue des soins et des services, une évaluation des processus permettant d’identifier les interventions efficientes et efficaces ainsi que des mesures correctrices seront mise en place par la coordonnatrice clinique dédiée au programme de traumatologie en collaboration avec les différents partenaires externes et internes. Un plan d’action sera à actualiser et à présenter au comité local de traumatologie lors des séances pour la mise en application assujettie aux différents changements des membres de ce comité et en lien avec les orientations ministérielles et autres instances.


 

Dans le cadre de la révision de l’efficacité des processus, différents objectifs sont à rencontrer. On cite :

  • Optimiser la prise en charge médicale des polytraumatisés;
  • Assurer l’efficience des interventions médicales ainsi que les interactions requises entre les diverses spécialités et l’ensemble du personnel paramédical;
  • Déterminer l’orientation thérapeutique en prenant en compte les recommandations du personnel soignant (consultation interdisciplinaire);
  • Contribuer au développement du programme d’assurance-qualité et établir des normes, indicateurs et des tableaux de bord pour en assurer le suivi;
  • Contribue à l’analyse des données statistiques et des tableaux de bord;
  • Promouvoir, participer et contribuer à l’intégration des guides de meilleures pratiques en traumatologie dans le cadre de l’enseignement médical continu (personnel médical et paramédical);
  • Conseiller la direction quant aux orientations à privilégier en traumatologie;
  • Contribuer à l’actualisation des orientations du programme;
  • Contribuer et initier des projets de recherche clinique en traumatologie.

 

Beaucoup d'autres informations sur le fonctionnement des différentes sphères du programme Traumatologie du CSSSC pourront être obtenues en consultant les différents recueils de procédures disponibles dans la section du CSSSC sur le site de la Fonction Évaluative du Continuum de Services en Traumatologie (fecst) de l'INESSS (cliquer ici).

 



Cacher description
Services de sagefemme
Description :

 

Description
 
Les services sagefemmes offrent des soins de maternité complets du début de la grossesse jusqu’à six semaines suivant la naissance, pour la mère et son bébé. La sagefemme fonde sa pratique sur le respect du processus naturel de la grossesse et de l’accouchement ainsi que sur l’autonomie des femmes et des familles. Elle offre des soins globaux, tenant compte des dimensions physiques, psychologiques et sociales de cet évènement unique qu’est la naissance d’un enfant.
 
Mission
 
Pour la sage-femme, la femme possède en elle la capacité de mettre son enfant au monde et d’en prendre soin. En ce sens, la sage-femme responsabilise la femme en lui fournissant les renseignements nécessaires dont elle a besoin pour prendre les décisions concernant sa santé. La sagefemme est présente et soutien la femme et sa famille tout au long de la grossesse et de l’accouchement. Elle encourage l’accouchement naturel sans épidurale et s’assure du bien-être de la mère et de l’enfant. Elle veille à conserver un environnement calme, intime et respectueux pour favoriser le processus naturel de la naissance. Elle propose également des méthodes non-pharmacologiques pour le soulagement de la douleur.
 
Services offerts
 
Les services d’une sage-femme n’entraînent pas de coûts pour les détentrices de la carte d’assurance-maladie du Québec. Et comprennent :
  • Suivi complet de la femme enceinte et de son bébé du début de la grossesse jusqu’à six semaines après la naissance par une petite équipe de sages-femmes;
  • Services personnalisés favorisant une connaissance et une confiance mutuelle;
  • Prélèvements et analyses de laboratoire;
  • Prescription pour échographies;
  • Préparation à l’accouchement, à l’allaitement et au rôle parental;
  • Rencontres prénatales;
  • Choix du lieu d’accouchement : d’ici l’ouverture de la maison de naissance à Chicoutimi, accouchement au Centre hospitalier de Chicoutimi ou à domicile à condition de résider à moins de 15 kilomètres du Centre hospitalier de Chicoutimi et de respecter certain critères de sécurité;
  • Accouchement naturel, sans épidurale, dans un environnement calme et sécuritaire;
  • Visites postnatales à domicile dans la première semaine de vie du bébé;
  • Disponibilité d’une sagefemme 24 heures par jour, 7 jours par semaine.
 
 
Clientèles visées
 
Les femmes enceintes en santé dont la grossesse se déroule normalement. Les services de sagefemme sont dispensés à Chicoutimi et offerts à toute la population du Saguenay-Lac-Saint-Jean.
 
Inscription et information
 
Pour toute question concernant les services de sagefemme, le territoire desservi, les soirées d’information, ou encore pour une inscription, n’hésitez pas à communiquer aux Services de sagefemme au 418-541-1166.


information
Services de sagefemme
Informations :

 

Description
 
Les services sagefemmes offrent des soins de maternité complets du début de la grossesse jusqu’à six semaines suivant la naissance, pour la mère et son bébé. La sagefemme fonde sa pratique sur le respect du processus naturel de la grossesse et de l’accouchement ainsi que sur l’autonomie des femmes et des familles. Elle offre des soins globaux, tenant compte des dimensions physiques, psychologiques et sociales de cet évènement unique qu’est la naissance d’un enfant.
 
Mission
 
Pour la sage-femme, la femme possède en elle la capacité de mettre son enfant au monde et d’en prendre soin. En ce sens, la sage-femme responsabilise la femme en lui fournissant les renseignements nécessaires dont elle a besoin pour prendre les décisions concernant sa santé. La sagefemme est présente et soutien la femme et sa famille tout au long de la grossesse et de l’accouchement. Elle encourage l’accouchement naturel sans épidurale et s’assure du bien-être de la mère et de l’enfant. Elle veille à conserver un environnement calme, intime et respectueux pour favoriser le processus naturel de la naissance. Elle propose également des méthodes non-pharmacologiques pour le soulagement de la douleur.
 
Services offerts
 
Les services d’une sage-femme n’entraînent pas de coûts pour les détentrices de la carte d’assurance-maladie du Québec. Et comprennent :
  • Suivi complet de la femme enceinte et de son bébé du début de la grossesse jusqu’à six semaines après la naissance par une petite équipe de sages-femmes;
  • Services personnalisés favorisant une connaissance et une confiance mutuelle;
  • Prélèvements et analyses de laboratoire;
  • Prescription pour échographies;
  • Préparation à l’accouchement, à l’allaitement et au rôle parental;
  • Rencontres prénatales;
  • Choix du lieu d’accouchement : d’ici l’ouverture de la maison de naissance à Chicoutimi, accouchement au Centre hospitalier de Chicoutimi ou à domicile à condition de résider à moins de 15 kilomètres du Centre hospitalier de Chicoutimi et de respecter certain critères de sécurité;
  • Accouchement naturel, sans épidurale, dans un environnement calme et sécuritaire;
  • Visites postnatales à domicile dans la première semaine de vie du bébé;
  • Disponibilité d’une sagefemme 24 heures par jour, 7 jours par semaine.
 
 
Clientèles visées
 
Les femmes enceintes en santé dont la grossesse se déroule normalement. Les services de sagefemme sont dispensés à Chicoutimi et offerts à toute la population du Saguenay-Lac-Saint-Jean.
 
Inscription et information
 
Pour toute question concernant les services de sagefemme, le territoire desservi, les soirées d’information, ou encore pour une inscription, n’hésitez pas à communiquer aux Services de sagefemme au 418-541-1166.


Cacher description information
Services de sagefemme
Description :

Les services sagefemmes offrent des soins de maternité complets du début de la grossesse jusqu’à six semaines suivant la naissance, pour la mère et son bébé. La sagefemme fonde sa pratique sur le respect du processus naturel de la grossesse et de l’accouchement ainsi que sur l’autonomie des femmes et des familles. Elle offre des soins globaux, tenant compte des dimensions physiques, psychologiques et sociales de cet évènement unique qu’est la naissance d’un enfant.

 

Services offerts

 

 

 

 

Clientèles visées
 
Les femmes enceintes en santé dont la grossesse se déroule normalement. Les services de sagefemme sont dispensés à Chicoutimi et offerts à toute la population du Saguenay-Lac-Saint-Jean.
 

 

 

Les services d’une sagefemme n’entrainent pas de couts pour les détentrices de la carte d’assurance-maladie du Québec. Et comprennent :

  • Suivi complet de la femme enceinte et de son bébé du début de la grossesse jusqu’à six semaines après la naissance par une petite équipe de sagefemmes;
  • Services personnalisés favorisant une connaissance et une confiance mutuelle;
  • Prélèvements et analyses de laboratoire;
  • Prescription pour échographies;
  • Préparation à l’accouchement, à l’allaitement et au rôle parental;
  • Rencontres prénatales;
  • Choix du lieu d’accouchement : d’ici l’ouverture de la maison de naissance à Chicoutimi, accouchement au Centre hospitalier de Chicoutimi ou à domicile à condition de résider à moins de 15 kilomètres du Centre hospitalier de Chicoutimi et de respecter certains critères de sécurité;
  • Accouchement naturel, sans épidurale, dans un environnement calme et sécuritaire;
  • Visites postnatales à domicile dans la première semaine de vie du bébé;
  • Disponibilité d’une sagefemme 24 heures par jour, 7 jours par semaine.
Informations :
Inscription et information
 
Pour toute question concernant les services de sagefemme, le territoire desservi, les soirées d’information, ou encore pour une inscription, n’hésitez pas à communiquer aux Services de sagefemme au 418-541-1166.
 
 
   Politique de confidentialité |  Réalisation
(c) Gouvernement du Québec, 2008